Zoom sur… La mafia chez Scorsese
3 juillet, 2008 @ 11:58 Pour Cut la revue

denirogoodfellas.jpg deniro.jpg cosanostra.jpg

La critique classe généralement Martin Scorsese parmi les cinéastes réalistes. Il est vrai que son début de carrière est marqué par un cinéma social qui décrit brutalement la vie au sein des bas quartiers de New York, sa ville natale. Il est vrai aussi que le réalisateur de Gangs of New York ou de La dernière tentation du Christ est un féru d’histoire qui n’hésite pas à briser les dogmes, privilégiant les faits tangibles aux croyances irrationnelles. Mais, tout homme a ses contradictions et Scorsese ne déroge pas à la règle. Car lorsqu’il parle de la mafia, le réalisateur de Casino et des Affranchis semble plutôt s’accrocher à ses visions idylliques comme si son esprit critique était figé par un certain… chauvinisme sicilien.

« D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours rêvé d’être un gangster. » La première réplique de Henry Hill (Ray Liotta) dans Les affranchis, traduit bien la vision de Scorsese sur la mafia. Celle d’un gamin de rue élevé à Little Italy forcément ébloui par les caïds de son époque. C’est Robert De Niro qui incarnera dans ce film, puis indirectement dans Casino, la figure fantasmée de ce charisme mafieux. Révélatrice, la séquence culte où Jimmy Conway (De Niro) décide en silence de liquider tout son gang exalte, par un travelling lent et la musique de Sunshine of your love des Cream, la prestance du personnage assis au bar et fumant sa cigarette (à revoir sur youtube.com ci dessous). Cette célébration du style des gangsters italo-américains marque implicitement la frontière entre la mafia et « les schnooks » (les nazes). Les personnages de Scorsese pourraient avoir la devise du véritable repenti Antonino Calderone : « Nous sommes les mafiosi, les autres ne sont que des hommes. » En sacralisant ainsi le milieu, Scorsese déculpabilise les mafiosi. Les affaires de la mafia se règlent « en famille » et au final, malgré toute la dureté et la violence de ces règlements de compte, les innocents semblent peu concernés et donc peu touchés. C’est ainsi que Scorsese projette une image valorisante de Cosa Nostra au contraire de ce qu’il fait avec la pègre irlandaise dans Les infiltrés.

denirosmokes2.jpg
Là où le bat blesse, c’est lorsque la vision stylisée de Scorsese est confrontée à une nouvelle réalité. Car les temps ont changé. Depuis la fin du XIXème siècle et jusque tout récemment, la nature de la véritable mafia était peu connue de l’opinion publique. La loi du silence rendait le phénomène insaisissable au point de douter de son existence. « La mafia ? s’exclamera Gerlando Alberti lors de son procès, c’est une marque de fromage ? Dites moi ce que c’est, parce que moi je n’en sais rien ! » Ce vide d’information permettait alors d’alimenter tous les fantasmes sur l’organisation d’origine sicilienne. Cette omerta fut un terrain fertile pour l’inspiration romantique des cinéastes, principalement Coppola – Le Parrain - et Scorsese. Mais l’actualité italienne, le Maxi procès, l’assassinat du juge Falcone, les révélations de repentis, le « théorème Buscetta », les tentatives de meurtres sur des journalistes, l’implication d’hommes politiques a depuis une vingtaine d’années métamorphosé l’image de la mafia sicilienne et de sa cousine italo-américaine, la faisant passer d’une « honorable société » emplie de sicilianité au statut d’organisation terroriste dont les membres sont plus misérables que charismatiques. Et sur ce sujet, c’est Mike Newell qui a pris le pas du réalisme américain en 1997 avec Donnie Brasco, oeuvre si bien documentée qu’elle en devient une peinture anthropologique sur le milieu mafieux.

Ce faisant, aussi talentueuse et galvanisante qu’elle est, la vision intime et sympathique de Scorsese passe aujourd’hui comme le dernier cri d’agonie de la mythologie mafieuse. Contrairement à ce qu’en pense la critique, c’est peut-être là que se situe la véritable nature du réalisateur. Le plaisir cinéphile avant la dénonciation explicite, car Martin Scorsese le dit lui-même : « Je viens d’une tradition du cinéma fondée sur le divertissement. »

 

Texte: Julien Bartoletti, pour Cut La Revue

à revoir, la séquence culte des Affranchis
Image de prévisualisation YouTube

-julienbartoletti
rss 1 réponse
  1. Seb
    1 janvier, 2009 | 3:39 | #1

Laisser un commentaire

Les légendes du cinéma |
DOWNLOAD-IT |
MAISONFORT : LE MANOIR AUX ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | WORLD STAR WARS
| Le Monde de Buffy
| HONOR DE CAVALLERIA